Nouvelles du cannabis

La France s’apprête à commencer la culture du cannabis médical

acheter de la beuh, acheter weed

Depuis le 1er mars 2022, la France a une industrie officielle du cannabis médical qui semble déjà anti-fleur, maintenant les habitants peuvent acheter de la beuh ou acheter weed. Et maintenant?

acheter de la beuh, acheter weed

Le 1er mars n’entrera peut-être pas dans l’histoire comme une date révolutionnaire en France, à l’instar de la Bastille ou du Jour de l’Indépendance, mais il restera une date importante dans le monde du cannabis.

Le gouvernement français a finalement vu la lumière et a annoncé que le cannabis médical était là pour rester. Il a donc accepté un décret autorisant la culture, la fabrication et la distribution de cannabis médical dans le pays à partir d’aujourd’hui.

Le mouvement a été long à venir, notamment en raison de la marche en avant d’une autre grande économie, l’Allemagne, qui a donné le coup d’envoi de ce processus, bien que de manière désordonnée, au printemps 2017. Néanmoins, plusieurs promesses au niveau national plus tard, la confirmation allemande d’un marché récréatif en perspective (ainsi que plusieurs autres pays de l’UE qui en mettent un en place – voir Malte et le Luxembourg), sans parler du COVID et d’un procès national qui a fini par changer la politique de l’UE sur le CBD, les Français sont arrivés.

Le cannabis médical sera, à l’avenir, cultivé en France, de même que la mise en place d’une chaîne d’approvisionnement médicale où vous pouvez désormais acheter de la beuh en ligne ou acheter de la weed ou dans des boutiques de marijuana.

Maintenant, comme les Allemands l’ont déjà découvert, le vrai plaisir commence.

Quelle Fromage!

Il y aura probablement toutes sortes de contretemps sur l’interprétation par une industrie fatiguée des échappatoires sans fin. Il y aura également des contestations intéressantes d’une loi clairement écrite pour favoriser l’industrie pharmaceutique, si ce n’est pour créer une chaîne d’approvisionnement médicalement certifiée (EU-GMP).

Voici le premier rebondissement. Selon l’article 2, la production, y compris la culture, la fabrication, le transport, l’importation, l’exportation, la détention, l’offre, l’acquisition et l’utilisation de cannabis en France, restent interdites, sauf si une autorisation médicale a été spécifiquement délivrée par les autorités compétentes – en l’occurrence, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.

Il faut s’attendre à ce que les mêmes problèmes se posent en Allemagne, et à quelques autres, car les Français s’apprêtent à mettre en place une industrie nationale du cannabis médical.

Cela signifie que les plus grandes entreprises publiques canadiennes qui ne l’ont pas encore fait vont au moins s’implanter en France. L’essai médical national a été lancé l’année dernière et les entreprises participantes ont dû faire don de médicaments et d’équipements. Cela signifie aussi, sans aucun doute, qu’il y aura des entrées sur le marché par d’autres sociétés pharmaceutiques, voire une ruée vers la création de sociétés de distribution nationales (comme cela s’est déjà produit en Allemagne).

Ce que tout cela laisse cependant très flou, c’est si les autorités françaises continueront à accepter la fleur de cannabis comme médicament. Compte tenu du libellé de la résolution, à savoir que « seuls les cultivateurs qui se sont engagés à fournir leur production (à un fabricant agréé et autorisé) peuvent cultiver des plantes de cannabis dans le but de fabriquer des médicaments », il semble que la fleur soit en voie de disparition. À moins, bien sûr, que quelqu’un ne fasse un procès avant.

Acheter De La Beuh | Qu’est-ce que la France a contre la fleur de cannabis?

Il semble que la personne qui élabore actuellement la politique officielle française en matière de cannabis n’ait pas compris que la France vient de perdre une guerre sur le front de l’interdiction des fleurs de CBD.

En janvier, le gouvernement français a été sanctionné par la plus haute juridiction du pays (du moins temporairement) alors qu’il tentait d’établir l’environnement réglementaire d’un marché du CBD où les gens peuvent acheter de la beuh ou acheter weed dans le sillage de l’affaire Kanavape et d’une décision de l’UE sur le sujet, lorsque les autorités ont également tenté d’interdire la vente de fleurs de CBD.

Je doute qu’un tel choix n’ait pas été signalé par une quelconque institution fédérale française. Il s’agit soit d’une négligence, soit, plus probablement, d’un ultime effort pour mettre fin au débat sur la fleur au niveau fédéral, tant pour le THC que pour le CBD.

Ne vous attendez pas à ce que l’industrie reste en retrait, surtout après avoir remporté plusieurs victoires importantes.

Les intérêts pharmaceutiques par rapport au reste de l’industrie

Voici quelque chose à garder à l’esprit. Les forces qui s’opposent à la centrale avancent au pas de charge, et cette position est de plus en plus contestée devant les tribunaux. De telles querelles juridiques sont susceptibles de se produire ailleurs, et la France en a été une illustration parfaite au niveau de l’UE jusqu’à présent.

Ce chiffre dépasse le précédent record des autres pays souverains du bloc qui ont lancé des défis. Voir les tentatives futiles de l’industrie espagnole des clubs de cannabis au même niveau l’année dernière. En fait, en comparaison directe, le business espagnol n’a pas encore prospéré légalement, même au niveau fédéral. Peut-être que, contrairement aux Français, les Espagnols ont déjà tenté d’étouffer l’ensemble du débat récréatif en accordant (jusqu’à présent) un nombre limité de permis de culture.

En effet, l’Allemagne a essayé cette technique, mais s’est retrouvée avec d’énormes sociétés publiques canadiennes, sans parler d’une nouvelle administration qui a été essentiellement contrainte de faire avancer la réforme récréative, même si elle est lente.

On ne sait pas qui occupera ce poste en France, mais avec des empreintes de culture fermement établies dans d’autres nations de l’UE (notamment au Portugal, au Danemark et en Allemagne), il est peu probable que ces personnes soient aussi concentrées sur la culture domestique en France qu’elles l’étaient en 2017.

C’était également l’intention de l’administration française. Jusqu’à présent, le cannabis n’est pas considéré comme un développement économique par les dirigeants et les autorités réglementaires européens.

Cependant, comme l’histoire l’a montré (notamment en France), les petits pas face à un changement massif de paradigme politique, médical ou social tiennent rarement la route longtemps.

En d’autres termes, cette évolution, aussi tardive soit-elle, ne sera peut-être pas la prise de la Bastille, mais elle permettra peut-être de mettre le feu aux poudres. Cela donnera aux Français la capacité et la possibilité d’acheter weed ou acheter de la beuh

Vive la cannabis revolution!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.